Avertir le modérateur

vendredi, 14 décembre 2007

Comment introduire la justice dans un Etat ?

Comment introduire la justice dans un Etat ?

Cette question suppose d’une part que l’on définisse ce qui est juste et d’autre part que l’on s’entende sur ce qu’est l’Etat.
Selon moi l’Etat a deux faces : une face de pouvoir. Celle-ci permet d’assurer la sécurité des citoyens. Elle est dominée par des hommes qui ont la capacité de « retourner »une opinion et de la dominer. Mais une seconde face constitue l’Etat : celle du souci de justice.
J’ai eu l’occasion, en d’autres lieux de donner ma définition de ce qui est juste. Elle est ce qui fonde l’idée de « limites ». En d’autres termes, le juste Est-ce qui dit quand la limite ou les limites sont dépassées et qui interdisent que cela soit le cas.
Ce qui fixe la limite et la détermine, se situe toujours par rapport à ce qui a le pouvoir. On pourrait donc croire qu’il y a une « subsidiarité » de la justice par rapport au pouvoir. Mais ceci n’est qu’un effet d’optique.
La justice est première. Elle est ce qui légitime l’Etat. Prenons la royauté française capétienne. Elle s’est fondée à partir de Charles Martel - qui a eu la légitimité d’écarter le risque d'invasion "barbare"- et par Saint Louis qui eut la réputation d’être un roi juste. Ces deux rois et cette famille surent surtout parfaitement utiliser l’image de l’Eglise qui incarne la justice divine. Ces deux figures royales adossées sur la figure christique représentée par l'Eglise ont permis à cette famille de régner sur la France pendant plusieurs siècles.
Le pouvoir cherche donc toujours sa légitimité dans  un juste ou un moment juste . La Vème République a pu se fonder en partant de l’image de De Gaulle lui-même « libérateur » du territoire. Un problème surgit. La légitimation peut "durer" un certain temps mais il n'est pas éternel et celle-ci peut être "gatée" par une pratique déficiente et trop préoccupée par l'idée de pouvoir. Lorsque les héritiers finissent par trop s’éloigner de l’idée de justice qui a permis de fonder le régime celui-ci s’effondre un jour ou l’autre. L'Etat en effet ne peut pas seulement reposer sur le pouvoir. Machiavel - pourtant excessif et dans l'erreur en bien des cas - l'a lui-même admis. Les princes " calculateurs" et limités qu'il nous dépeint ne doivent jamais eux-mêmes dépasser "certaines limites".
La question n’est donc pas comment introduire la justice dans l’Etat mais comment faire que l’Etat se souvienne de la justice à l’origine de laquelle il trouve sa justification et quelles limites un Etat ne peut-il dépasser ?
Nous examinerons cette question dans un prochain « billet » si nous en avons l'occasion.
A bientôt.

Commentaires

N'oubliez pas de parler de la (toute petite) place de la Justice dans la Constitution... Ce qui ne va pas s'arranger avec la prochaine réforme!
merci pour ce billet!

Écrit par : INTIME CONVICTION | samedi, 15 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu