Avertir le modérateur

dimanche, 03 février 2008

Echanges et société


Echanges et société

Nous vivons à l’heure de la post modernité. Celle-ci prétend que l’homme est un loup pour l’homme. Certains individus confirment bien une telle croyance mais ils ne forment pas toute l’humanité.
J’aimerais plutôt dire qu’ils sont la marque de l’inhumanité plutôt. Leur démarche est aisée à reconnaître : salariés ils font mal leur travail et le baclent en volant autrui, chefs d’entreprise ils détruisent leurs salariés, Professeurs ils ne professent rien, hommes politiques ils salissent la politique, fonctionnaires ils interprètent toujours les textes dans le but de faire mal et d’humilier leurs semblables.
La question qui se pose est : ces individus sont-ils la règle ou l’exception ?
Comment avoir l’audace de répondre pour tout le monde à une telle question ? Elle se pose pourtant.
Un fait me paraît pourtant indiscutable et il est indépassable. Comme les anciens nous l’ont enseigné, il ne faut pas oublier qu l’homme est un animal social. Cela signifie qu’il ne peut être heureux sans société et sans échange.
Reste qu’il existe plusieurs formes d’échanges : les biens, le savoir, l’amour, les corps, la prétention , l’échange inégal ou égal…etc.
Pour ma part, il me paraît indiscutable que l’échange le plus adéquat et le plus parfait est celui qui permet aux hommes et à l’humanité de devenir meilleurs.
Par « meilleurs » il faut entendre ici meilleurs moralement et par le cœur uniquement. L’homme rendu meilleur est celui qui est le contraire de ceux que j’ai indiqué plus avant : salarié il cherche à faire son travail au mieux dans le souci de celui qu’il va servir, chef d’entreprise il veut le bien de ses salariés, professeur de ses élèves et de ce qu’il enseigne, fonctionnaire de ceux qui sont à sa disposition en interprétant les textes dans le sens de l’humanité…
Quels sont les échanges qui permettent ainsi de tels changements aux hommes ?
Dans le Gorgias, ce si beau texte, Platon s’en prend au politique Périclès - pourtant jugé grand parmi les grands- parce qu’il n’a pas réussi à changer ses semblables et à les rendre meilleurs. Il aurait même fait en sorte de les rendre pis.
Rousseau dans le contrat social dit qu’il faudrait des Dieux pour donner des lois aux hommes et il cite Moise et Mahomet comme exemples de grands législateurs.
La bonne loi - même si elle ne suffit pas- est peut-être une des solutions mais je l’ai souvent écrit ce n’est pas notre trop plein actuel de lois mal rédigées et bâclées ( au dire même de nos politiques) qui pourrait permettre de favoriser cet échange nous permettant aux uns aux autres de devenir meilleurs …
L’éducation..? Mais elle ne touche que les enfants et de surcroît ne vise pas à les rendre meilleurs dans nos pays mais à « faire d’eux des citoyens »….Les associations ? Mais dans certains cas elles ne font que développer l’esprit de clan…
Une subtile application et une conjonction d’éducation, de lois et d’associations ayant pour objectif de créer du lien social pourrait peut-être « faire l’affaire »…Ceci est à revoir sans nul doute…Il faudrait y songer et travailler à remettre en œuvre l’intelligence française c’est avant tout travailler à permettre l’émergence d’une ou plusieurs philosophies ou littérature ou actions ou les trois permettant de mettre en œuvre un tel projet.

Bon courage à tous en attendant !

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu