Avertir le modérateur

dimanche, 02 mars 2008

La meilleur des régimes n’est autre que le régime des meilleurs oeuvrant pour le bonheur de tous

Pour construire une cité digne de ce nom, il faut que les personnes vivent ensemble pour des motifs autre que l’argent. Si le besoin matréiel était le seul moteur de la vie en de groupe et en commun, la ploutocratie( le gouvernement de la cité par les plus riches) serait le meilleur des régimes. Or tous les penseurs de la chose politique s’accordent sur le fait de considérer qu’il est au contraire le pis de tous.
Les penseurs sont le plus souvent favorables à la démocratie représentative ou à l’aristocratie - voire parfois  à un mixte des deux -.
L’aristocratie ne doit pas s’entendre comme le régime d’une noblesse héréditaire mais comme le gouvernement des « meilleurs » au sens moral du terme.Dans une aristocratie ce sont donc les "meilleurs" moralement parlant qui gouvernent au nom et pour le compte de tous les autres.Pourquoi ce régime est-il tenu pour le plus  efficient ?
Parce que faire de bonnes lois ne suffit pas. Il faut gouverner dans le but de rendre les citoyens plus heureux, il faut gouverner afin que ceux-ci se « sentent » bien dans leur cité et puissent s’y épanouir.
L’épanouissement consiste dans le fait de trouver la sérénité, le bonheur, la joie de vivre et de partager effectivement avec d'autres,sentir le besoin de vivre avec d'autres et de partager. Le contraire de la vie de cet homme que Romain Gary décrit dans "gros calin" par exemple.
Lorsque ce sont des geôliers, des imbéciles ou des individus sans foi ni loi qui gouvernent un pays : la déprime gagne. Plus personne n’ose parler à son voisin et plus personne ne connait réellement ses véritables qualités puisqu'elles sont étouffées par ceux qui gouvernent et qui désignent d'autres imbéciles pour diriger et fixer les normes, déterminer les places, établir les hiérarchies. Tout le monde se craint. Les talents ne se développent pas et c'est le régne du plus médiorce, du plus courtisan, c'est le régime du moins disant intellectuel et moral et du plus soumis des soumis. Chacun se mure dans un silence effrayant et nul n'ose aborder son semblable pour le connaitre ou le rencontrer, l'aider puisqu'il est vu comme un concurrent potentiel.
Le philosophe Allemand Leibniz considérait que la justice consistait précisément à rendre justice à ces « meilleurs ». En effet, lorsqu’ils sont au pouvoir, ils ont (par leur capacité)la possibilité d’aider et de faire ce qui convient pour le plus grand nombre et de fixer les bonnes régles en les appliquant intelligemment.
Malheureusement ce gouvernement des meilleurs est toujours fort difficile à mettre en œuvre. En effet a) on préfère souvent envier les meilleurs, les casser, plutôt que les promouvoir b)ceux-ci refusent souvent la bassesse des joutes politiques(sauf exception heureusement). Ils préfèrent se replier sur leur quant à soi et c) c’est souvent la coalition des imbéciles qui l’emporte. En effet, les imbéciles, les envieux et les intéressés préfèrent éviter qu’un individu trop intelligent et trop généreux ne gouverne la cité (avec ses semblables) car ceux-ci risquent de « taper » dans la fourmilière et remettre en cause des intérêts acquis souvent de manière peu ragoûtante. Parfois il préfére l'utiliser, le manipuler, pour laisser croire en quelque fausse démocratie et pour égarer la foule par quelque alibi intellectuel qui leur sera offert...
 lMais un dernier obstacle - le pire sans doute -interdit ce gouvernement :  le relativisme.
J’expliquerai une autre fois ce que cette doctrine implique. Mais elle est le fléau du siècle comme l’a fort bien analysé le philosophe américain Léo Strauss.
 


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu