Avertir le modérateur

jeudi, 22 mai 2008

Le bonheur, l'être et l'avoir.

Je me propose ici de débuter une première série de propos sur le bonheur. Il est dans la lignée des cours que je propose à mes élèves et mes étudiants et  il me paraît essentiel d'engager une telle réflexion dans un blog qui prétend vouloir réfléchir sur l'éthique et le politique. Comme Aristote, qui a souvent été rarement été dépassé en bien des points pour moi, je crois que la vie politique doit être organisée autour du bonheur des citoyens. Mais évidemment il reste à définir le bonheur et ce n'est pas une mince affaire. Une mauvaise lecture d'Aristote  a conduit les écoles philosophiques à s'opposer entre les partisans  du bien  et ceux du juste...Le débat me parait faussé.  En fait il est indéniable que le bien et le juste ne peuvent  être séparés dans toute bonne philosophie. Mais il faut fixer des hiérarchies. En conséquence, indiscutablement le bonheur doit être le bien politique suprême selon moi et toute bonne politique - voire toute bonne économie et je suis totalement du côté des économistes anglo-saxons sur ce point  (Sen, Stiglitz) ne peut s'envisager comme bonne que si elle procure du bonheur à ses membres...Pourrait -on en effet soutenir sans craindre le ridicule qu'un pays est riche si ses habitants sont malheureux ?

Que dire en revanche d'un pays où les citoyens seraient heureux ? Socrate, dans l'apologie nous a rappelé ce précepte trop souvent oublié, les hommes de bien font le bien et les hommes de mal développent le mal. Les hommes heureux ont envie que d'autres autour d'eux le soient et ils développent le bonheur. Les hommes malheureux en font de même pour leurs maux terribles. Donc un pays dont les cityoens sont heureux est un pays riche car il enrichit ses voisins, ses semblables par son bonheur. En conséquence le bonheur est en effet le bien suprême. Il est bien ce "chef" de tous les biens. Il est bien ce qui doit être recherché pour lui-même et avant tout. Dieu n'est pas un bien. C'est un être et ceux qui considérent que Dieu est le bien suprême ont une facheuse tendance à confondre ce qui est, ou doit être et ce que l'on a ou l'on veut avoir.  Le bonheur est le roi du royaume de l'avoir alors que Dieu est sans doute le roi du royaume des Etres. Ne confondons pas les deux par pitié...Reste  évidemment à définir le bonheur. Vaste question. Je tenterais d'y revenir dans une prochaine note.   

 

 

13:39 Publié dans Bonheur | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

je veux me faire abonner a votre programmer

Écrit par : jojo | jeudi, 19 juin 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu