Avertir le modérateur

samedi, 08 novembre 2008

De nouvelles cités, de nouveaux échanges

Il serait intéressant de rappeler qu'au XIIeme siècle à peu prés les villes se sont constituées pour répondre à l'horreur du monde féodal, ce système bloqué où certains avaient tout, d'autres rien, où l'illusion régnait et avec elle la peur, où les hommes vivaient recroquevillés les uns sur les autres, enfermés dans leurs chateaux fermés  double tour, leurs classes sociales (à vie) où les uns naissaient serfs et le demeuraient à jamais et les autres naissaient maitres pour l'être à jamais...L'air de la ville rend libre, avait-on coutume de dire à cette époque...Les bourgeois vivaient ainsi librement, détachés du joug des seigneurs féodaux, cherchant à établir des solidarités, permettant à ceux qui naissaient dans une condition de ne pas nécessairement mourir dans celle-ci...Le commerce fut le moyen que les villes trouvèrent pour se développer. Commercer c'est échanger, se rencontrer, discuter. La banque fut le premier soutien de ce commerce et avec elle le droit et l'université.

Il serait également intéressant de rappeler que lorsque les révolutions modernes se mirent en place, permettant aux bourgeois d'accéder au pouvoir, le commerce fut glorifié. Aujourd'hui, le commerce n'est plus tellement vu comme un instrument de libération. On nous parle de "capitalisme", de "société de consommation" et on méprise le commerce. La crise économique actuelle est la suite de ce mépris et il n'est pas innocent qu'il ait commencé à toucher le premier soutien du commerce bourgeois : la banque.

Cette crise cependant a trouvé son origine dans les excès commis par le "commerce"....Celui-ci a fini par ne plus penser qu'à l'enrichissement sur le dos du plus faible, faisant en sorte de devenir un instrument d'exploitation, de domination, de pouvoir et de refus de toute concurrence, oubliant ainsi sa première origine, sa raison d'être, sans doute parce qu'il fut un instrument de revanche. Tout ce qui se fait par revanche est détestable.

La crise actuelle si crise il y a est une crise de non concurrence...D'abus de position dominante. Certains ont abusé du pouvoir qu'ils possèdaient (notamment par la domination qu'ils pouvaient avoir sur l'Etat) pour écraser les classes sociales les plus faibles, les classes moyennes et les classes populaires, pour s'enrichir toujorus et toujours pour nous proposer un retour au féodalisme avec des villes de plus en plus séparées les unes des autres par des péages autoroutiers, des radars à chaque coin de rue, une difficulté de circuler à l'intérieur méme des quartiers et une société clivée en mille morceaux....Cette crise est peut-être le signe d'un retour vers le féodalisme....Qui sait ? Si tel est le cas il importe de l'enrayer pour trouver un moyen de construire de nouvelles cités qui seraient en mesure de rendre les hommes libre à nouveau, de les libérer de cette emprise sur les esprits, les coeurs et les corps.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu