Avertir le modérateur

jeudi, 20 novembre 2008

despotisme et manque de sérénité

 

Montesquieu-1-FD.jpg

Pour Montesquieu, dans un régime despotique, la peur du monarque dominant plus qu’ailleurs, l’intelligence et l’envie de connaître déclinent nécessairement, ne pouvant se développer dans un système obsédé par la peur de l’avenir et de ses semblables.

En effet, pour que la pensée se diffuse, la liberté de pensée est requise. Or la liberté s'épanouit, se développe d'abord et surtout dans les esprits. L'homme qui vit dans la peur n'est pas un homme libre : c'est un aliéné, un étranger à lui-même pressé et oppressé, ayant perdu toute vision claire du monde et de lui-même. En effet, l'oppression et la crainte dissolvent la sérénité et l'absence de sérénité freine l'expansion de la liberté. Nous pourrions appeler cette situation le cercle vicieux du despotisme et du manque de clairvoyance.

 

 

Commentaires

Mon premier message sur ce blog vaut que je me présente : tendance Schopenhauer qui admirait Montesquieu, puis Nietzschéen.

En somme, rien n'a changé sauf la forme. Le fond reste le même.
Peur de l'avenir, gens qui se retranchent chez eux, internet sous contrôle ..
On a eu une période de liberté : la fin des trentes glorieuses, de 1969 à 1975. Jeunesse insouciante qui croyait à un avenir meilleur. Pas encore de sida et de surpopulation. La liberté de pensée se gagne, s'arrache par la révolte. Surtout après guerre quand l'homme a davantage d'espace ! Faut-il toujours une guerre ?

Écrit par : ingenys | samedi, 22 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu