Avertir le modérateur

vendredi, 26 décembre 2008

Un monde de bulles qui s'ignore

Qu'est ce que notre époque laissera en héritage aux générations qui vont suivre ? Pas grand chose, si ce n'est de la déprime et du repli sur soi, des SDF en nombre incalculable et des drames de l'horreur quotidienne asséné par les médias à tour de journaux télévisés scénario catastrophe ( des bébés congelés, des femmes tuant leurs cinq enfants,la crise toujours et encore...)

Une  élève de terminale nous disait l'autre soir en conseil de classe qu'elle allait arrêter ses études pour devenir assistante maternelle agréé aprés le bac. Certains professeurs présents étaient sidérés. Mais "tu es intelligente, tu peux mieux"...Mais pourquoi ferait-elle plus d'études ? Il faut savoir qu'en Ile de France une AMA, un plombier gagnent beaucoup plus qu'un docteur en telle ou telle matière et bien plus encore qu'un professeur évidemment !!.
Nos élèves,nos étudiants ne recherchent plus que les études qui "paient". L'un d'eux me demandait comment j'ai eu mon bac. Je lui ai répondu que je l'avais eu avec mention trés bien....Et vous n'êtes que professeur ! s'est-il exclamé. Nous en sommes là.

L'époque - qui fut celle de mes vingt ans - glorifiait les hommes de lettres et les penseurs... Etant jeune, au quartier latin, je me souviens encore de ces librairies qui nous faisaient rêver. Etions nous une élite privilégiée ? Aujourd'hui les librairies sont des boutiques de luxe...Les études doivent payer et les intellectuels ne gagnent ni leur vie ni n'ont de reconnaissance du public. Nostalgie ?

Le conformisme ambiant a soutenu qu'en fait ces études ne donnaient rien, qu'elles ne valaient rien, qu'il fallait faire des études qui paient...Mais voilà bien le drame de notre époque : nous cherchons tous ce qui paie et nous ne payons que ce que nous croyons qui paie..
Mais dans le monde ou nous vivons, les études permettent - comme la science - de donner une autre place aux hommes. Elle leur permet d'exister et de faire exister un monde de possible. Elle ouvre sur d'autres horizons et les universités devraient être un lieu de recherche et de rencontres réelles et de possibles virtuels enthousiasmants.

Ce monde de possible permet alors de faire en sorte de sortir de cet horizon du "réel", de la "matière" pour se dire que le monde n'est pas tel qu'il est ou qu'il nous est décrit par les médias mais qu'il contient aussi de multiples possibles et que nous pouvons parfaitement vivre dignement à l'intérieur de ces possibles. Le savant, dans ce monde, est celui qui fait vivre les possibles et qui (parfois par exception) les fait devenir réels...Ce monde trop réel dans lequel nous vivons a fabriqué tout cela...Il importe aux intellectuels de sortir de cette masse pour montrer que le monde des possibles est aussi du réel. De plus, la science et le savoir était un moyen de construire une société un peu méritocratique à côté de la société de l'autorité et de l'argent...Ce méritocratisme n'est plus semble t il puisqu'il s'enfuie avec le déclin du savoir.
Il faudrait essayer de comprendre ce qui s'est passé. Je pense que cela a commencé précisément lorsque l'on a voulu "rematérialiser" le monde en pensant qu'il avait été TROP dématérialisé... Je veux dire par là que tout ceci s'est produit au moment où l'on a soutenu que nosu étions "trop" intellectuels et que l'exception française a été critiquée. Cette critique avait des causes profondes qu'il faudrait approfondir. Mes recherches sur le sujet m'ont confirmées qu'elles sont venues avec le déclin de la science et la montée des pouvoirs administratifs au détriment des pouvoirs législatifs, donc de la démocratie en général... Le possible s'est ainsi refermé...Pourquoi ? Plusieurs causes, qu'un articlede blog ne pourrait reprendre en leur totalité...D'ailleurs qui le lirait s'il était trop long (même lorsqu'il est peu long d'ailleurs) ?

Le besoin de rêve s'est déporté sur la finance...Regardons le monde dans lequel nous vivons depuis 3O ans ! C'est un monde de bulles : bulle financière, bulle immobilière, bulle télévisuelle, bulle de la jet set et des médias, bulle du cinéma. Nous avons tellement besoin de réver et de nous illusionner que dans ce monde du "réel" nous avons construit en son coeur un centre totalement désincarné.

Commentaires

bonjour monsieur Sarfati. J'ai cherché souvent à retrouver votre blog sans succès. Pourriez vous remettre votre email sur mon email. il est difficile pour moi de commenter un article de philosophie. j'en comprends certaines idées, puis d'autres, mais je n'arrive pas à m'"incarner" dans leur blogalité.
la seule chose que j'ai retenu en connaissance de cause" d'ailleurs qui le lirait(même lorsqu'il est un peu long d'abord?)
la philosophie comme la poèsie sont certes à la mode(mais individuel) et ne font guère la une des médias. pourtant le slam fleurit en tous lieux, et les cafés de philosophie trouvent aussi leurs "fans".
au fond poètes ou philosophes, nous souffrons non pas d'une reconnaissance de nos pairs, mais du silence du lecteur.
la qualité vaut mieux que la quantité(j'en suis sure) mais c'est cette quantité qui nous sauve pourtant de l'anonymat. et nous oblige à rester dans une bulle(encore)mais les bulles d'aujourd'hui sont de moins en moins "coconneuses" . j'arrêterais là mon commentaire parce qu'il me faudrait moi aussi dépeindre ma vision de la société pour développer et je n'en ai ni l'envie ni le savoir.
bonne fin d'année(pour une année calamiteuse d'ailleurs)et que l'humour, l'amour et la poèsie égayent nos coeurs.
amicalement.

Écrit par : elisabetha | samedi, 27 décembre 2008

Merci et à bientôt...

jean-jacques.sarfati@wanadoo.fr

Écrit par : sarfati | samedi, 27 décembre 2008

Mr Sarfati moi aussi je deviens fan de vos écrits. je lis sans problème jusqu'au bout !! c'est tellement vrai. Je ne sais pas jusqu'où on ira, ni ce que la vie nous réserve. C'est triste de voir ce qui se passe, sans meme savoir comment agir, on se sent si petit par rapport à la grandeur de la "connerie". Ce "somnambulLisme omniprésent, qui est sans doute, à l'origine de l'individualisme. Alors sans doute plus on est seul et plus on s'accroche à des choses que l'on croit utiles et vitales pour s'offrir le confort ou le bien-être intérieur comme "l'argent-le pouvoir-le sexe" ?

Écrit par : Sofiedu67 | vendredi, 13 février 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu