Avertir le modérateur

jeudi, 23 avril 2009

Ouvrir

J'ai le sentiment que face à la crise que nous traversons, les sphèrs sociales se referment de plus en plus les unes sur les autres. Ces sphères sont le produit d'une évolution de nos sociétés que Tocqueville a bien analysé. Cette évolution  se caractérise par ce qu'il appelait la montée de l'égalité et plus particuliérement le déclin des privilèges. Il ne s'agit pas ici de dire que nos sociétés sont justes et qu'il n y a pas de disparités sociales et économiques. Il s'agit de dire que chacun désormais se considére comme étant de plus en plus l'égal de son semblable, ne supportant guère les discriminations, les différences.

Plus les individus s'estiment égaux aux autres et plus ils veulent bénéficier de pouvoirs accrus. En conséquence, ils élaborent des sphéres où ils sont reconnus et de plus, ils n'admettent pas la "supériorité" ou le privilége de l'autre. Le privilégié devient même détesté, marqué, rejeté...La coupure de nos sociétés est un des produits de ce sentiment. Chacun rejette l'autre le tenant pour un privilégié et en même temps  les véritables privilégiés se dissimulent, se cachent de crainte d'être détestés et alors les écarts se creusent et les espaces s'étendent...La société se délie progresivement, les liens se distendent et les différentes formes de violence s'installent : incivilité, arrogance, mépris de l'autre, non respect par les responsables des engagements qu'ils ont pu prendre à l'égard de leurs concitoyens pour se faire élire...La peur et l'inquiétude deviennent le lot commun, les sphéres se contractent et la société finit par ne plus être qu'un amas sans unité, ni harmonie...

C'est dans ces moments où tout et tous se referment qu'il faudrait au contraire ouvrir, ouvrir à l'autre et à ce qui n'est pas soi pour se retrouver précisément...mais cette ouverture ne doit pas être feinte ni stratégique, elle doit être courageuse et s'opérer en acceptant l'échange réel, c'est à dire l'écoute mutuelle et le souci conjoint de soi et de l'autre qui sont impossibles sans un minimum d'éducation, celle de l'honnête homme qui sai t écouter et comprendre son semblable ce meme s'il est différent de lui. L'éducation n'est pas l'instruction, elle relève plus dirions nous de la civilisation, de la civilité, de l'humain dans ce qu'il peut avoir de liant et de plus social.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu