Avertir le modérateur

mardi, 11 janvier 2011

ECHANGE TRAVAIL ET RICHESSE

Tout échange suppose nécessairement travail. Je veux parler avec autrui. Je dois faire effort pour me faire comprendre de lui ; c'est un travail.L'échange suppose sortie de soi et entrée dans l'autre. Celui qui donne fait effort pour autoriser cette double opération d'entrée et de sortie sinon rien ne passe et l'échange ne s'effectue pas. Celui qui reçoit fait également effort pour recevoir, accueillir et écouter. De même, je souhaite vendre un bien que je possède. Il a supposé travail de ma part.

La dispute même - ce faux échange puisqu'il ne donne que du rien - suppose elle-même travail. Si je m'emporte contre toi c'est parce que quelque chose me "travaillait" par rapport à toi et si tu prends pour toi ce que je te dis c'est qu'il t'importe ou qu'il touche une violence qui était en toi, une souffrance en puissance et que j'ai réveillé. Tout ceci était travail à la base de l'échange.

L'échange est riche lorsqu'il donne beaucoup à l'autre mais la richesse a un autre sens. Elle est liée au rapport qui se noue justement entre travail et échange. Puisque l'échange suppose travail il importe ensuite de se demander comment le rémunérer justement ? Si je suis architecte nous indique Aristote dans l'Ethique à Nicomaque, et que je vends ma maison à un cordonnier il ne peut me donner 1OO Paires de chaussures en échange de ce travail. Il doit me confier quelque chose que je pourrai ensuite échanger avec d'autres : ce bien "neutre" c'est l'argent qui permet ainsi les échanges.

On dit donc d'un homme qu'il est riche lorsqu'il a de l'argent en quantité parce qu'il peut ainsi, par ce biais, réaliser de nombreux échanges. L'argent est un moyen de l'échange or nombre de nos contemporains semblent l'avoir oublié. Ils se tuent pour de l'argent et finissent ainsi par tuer l'échange et le faire disparaître de leur vie. En effet, quel temps consacre-t-il à l'échange, l'argent devient le centre de leur vie ? Il cesse d'être un moyen pour devenir une fin.

Ceci se produit également de plus en plus dans un champs social où l'inégalité ne cesse d'augmenter. Aujorud'hui, le propriétaire d'un appartement en plein centre de Paris et qui est bien placé gagne plus - pour peu de peine - que celui qui donne sa peine et son travail...Il ne s'agit pas ici de critiquer les bienfaits de l'investissement. Celui-ci offre un bouclier réel contre les risques du travail lui-même. Mais les limites n'ont-elles pas été ici dépassées ? Et ce lien qui unit échange, travail et richesse ne permet-il pas de le prendre en compte et de le comprendre ?

En effet, si à terme tout ceci se développe, les richesses des uns les contraindront à vivre de plus en plus dans la peur et la crainte de l'autre. Ils se replieront sur eux-mêmes et peu à peu les échanges seront réduits . Les supers-riches seront contraints de vivre dans la bulle de super-luxe qu'ils ont construit...Ce faisant de riches, ils s'appauvriront puisqu'ils limiteront de plus en plus leurs possibilités d'échange avec autrui. Ils seront de plus en plus enfermés dans leurs bulles hyper luxueuses et auront de plus en plus peur d'en sortir. Leur hyper-richesse se retournera contre eux et elle finira à terme par nous appauvrir et par les appauvrir en retour.

La richesse peut donc conduire à l'oubli d'elle-même si l'argent devient une fin en lui-même. L'échange qu'il devait permettre s'érode lorsque sa seule possession devient le but de toute une vie. Il est malaisé de tenir un tel discours aujourd'hui car celui qui le tient est aussitôt acculé à la critique cynique et les mauvais esprits lui disent "chiche"...L'argent n'est donc rien pour toi et bien je te le retire. Mais ces aculturés ont oublié que la science est souci de la nuance et ils confondent l'accessoire et le secondaire. Ce propos n'entend pas soutenir que l'argent est accessoire. Au contaire, il est le déterminant premier de la richesse puisqu'il offre toutes les possibilités d'échange en pleine liberté.  ll soutient simplement qu'il est secondaire. Mais l'enseignant dans le secondaire que je suis sais que le secondaire n'est en rien accessoire. Il est essentiel mais subordonné à autre chose que lui-même et qui le dépasse malgré tout. Il est subordonné mais essentiel comme nombre de subordonnés d'ailleurs.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu