Avertir le modérateur

dimanche, 03 mai 2009

Faillite des Etats ?

D'aucuns nous annoncent une faillite des Etats ? Mais qu'est ce qu'une faillite ? Il me faut répondre à cette question en juriste en philosophe.

Pour les juristes français c'est le moment où une entreprise se trouve en état de cessation de paiement. Elle ne peut plus rembourser son passif exigible avec son actif immédiatement disponible. En d'autres termes elle ne peut plus rembourser ses dettes avec l'argent dont elle dispose immédiatement.

Si une telle menace est envisageable notre Etat doit donc prendre les mesures qui s'imposent et vendre une partie de ses actifs  actuellement non réalisées (participation dans des entreprises, biens immobiliers, autres) pour se recentrer sur ses activités de base, revoir ses  sources de revenus et ses dettes et ce dans l'urgence. Il doit également poser la question de cet argent injecté par milliards dans des entreprises qui risquent alors de se trouver dans une meilleure situation que lui et qui n'ont eu aucune obligation, aucune restriction (drastique) de salaire, demande de remboursement ou autre en échange de cet argent qui devait être prêté et nullement donné. Car rien ne justifie que l'on donne ainsi de l'argent à des citoyens déjà enrichis sans raison. Je suppose que l'argent investi devait être un prêt mais j'ignore les détails du "plan Paulson" à la française.

Notre premier Ministre avait évoqué cette question de la faillite potentielle devant des agriculteurs corses(?), il y a un an je crois et depuis silence radio sur le sujet si je ne m'égare pas.

Il y va pourtant de l'intérêt des générations à venir et de la sécurité de notre pays auquel certaines classes favorisées tiennent tant mais qui est aussi essentielle pour tous les citoyens quels qu'ils soient. En tous les cas, il me paraît qu'un débat devrait être organisé sur la question sans crainte, sans tabou et en évitant de faire tout cela dans l'urgence ou dans la culpabilité. D'aucuns ont pu faire des erreurs, il faut les examiner sereinement et sans haine avant que la haine ne monte me paraît-il.

Mais pour le philosophe la faillite a un autre sens, selon moi, l'homme en faillite, la société en faillite avance comme le canard sans tête. Elle ne sait pas quelle est sa vocation, quelle est son but. Ici aussi de grandes options semblent nécessaires. A première analyse, il me semble que la France à une vocation géopolitique essentielle qu'elle doit assurer pour permettre le bonheur sur son territoire et sur la planéte. Elle est l'épicentre  entre l'Europe de l'est, méditaréneenne, du nord et atlantique. Elle a pour mission d'assurer le fragile équilibre de ces quatre cultures qui sont d'ailleurs présentes sur son territoire. Maintenir un tel équilibre n'est pas simple ce qui explique peut-être le caractère d'exception de notre pays.

Il faudrait ici aussi que d'importants débats se déroulent sur ces questions. Je tente à ma manière de les organiser avec quelques autres mais la tache est rude, d'autres ailleurs en d'autres lieux oeuvrent également. Souhaitons qu'un jour ces questions soient débattues avec sérénité, justice et équité .

 

 

 

 

13:49 Publié dans JUSTICE | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 09 avril 2009

La crise de la vérité

Certains économistes soutiennent que le plan Paulson adopté aux Etats Unis ne serait qu'une gigantesque erreur. Ils rappellent qu'il aurait été beaucoup plus judicieux d'organiser la faillite des grands établissements bancaires en difficulté afin de permettre le remboursement des épargnants ayant leurs placement en banque  et la constitution de nouveaux établissements plus sains et dirigés par des personnes plus compétentes et éthiquement en meilleure posture que ceux qui nous auraient mis dans la situation actuelle.

Ils nous indiquent que le plan actuel d'injection en quantité gigantesque de milliards de dollars dans les établissements financiers, les grandes entreprises serait un jeu dangereux à double effet  : il continuerait de permettre aux dirigeants de ces établissements  (et leurs clidents liés à ces situations) de vivre dans le luxe effrené qui fut la cause de la crise actuelle.

Dans le meme temps, en endettant les Etats, il créerait ainsi des obligations à bon rendement et sans risque à ceux même qui auraient provoqué la crise puisqu'ils "gagneraient" des deux côtés : d'une part en prêtant cher à l'Etat et aux Etats ( et en touchant de forts intérêts au passage) et d'autre part, par surcroit en voyant survivre les établissements qu'ils dirigent et qui continueraient de leur assurer de belles rentes de situation imméritées....

S'ils disent vrai nous serions bien ici aujourd'hui en train d'assister au plus gigantesque hold up jamais organisé sur le dos des générations futures, sur le dos des citoyens modestes et des classes moyennes du monde entier...Nous serions en train de faire le contraire de ce que l'éthique la plus élémentaire exigerait.

Si cela était vrai, nous comprendrions alors la mise en évidence des "scandales" Madoff et autres Goldman Sachs, vécus comme "boucs émissaires" destinés à dissimuler de plus amples et plus gigantesques tartufferies...

Si cela était vrai nous comprendrions alors l'intérêt curieux porté à un humoriste de piètre qualité, devenu bouc émissaire désigné des médias et de la justice pour des propos sans intérêt mais qui mettraient en évidence ce qu'il prétend être une vérité (à savoir un énorme lobby ayant d'amples pouvoirs et capables de l'ennuyer lui pauvre humoriste), si cela était vrai nous comprendrions aussi les faussses informations deversées sur la fausse attaque du World trade centers selon certains journalistes farfelus, etc....

Il n'y aurait ici que de gigantesques arbres, dissimulant les forêts bien nauséabondes et  en réalité, le problème serait ailleurs, dans la constitution effrenée d'un gigantesque rapt d'une économie en totale déshérence.

Mais qu'en est-il ? Tout ceci est-il le produit d'un véritable hold up financier ou plutôt n'est ce pas la marque de l'insuffisance de nos savoirs sur ces sujets ?

Démuni face à ces mécanismes multiples et techniques, le citoyen n'ayant qu'une parcelle de savoir ne peut relier tous ces faits entre eux. Il ne peut démêler par lui-meme le vrai du faux. Il est donc conduit pour le moment seulement à écouter de ci de là, les avis "autorisés" des uns et des autres... Les vrais ressorts de tout cela ne nous semblent pas émerger. La cause en est certainement un "déclin" de notre pensée et de notre recherche en éthique et en économie politique. Ce déclin est le fruit d'une perte de l'universel, une division des savoirs.

Benjamin Constant, en effet, déjà en son temps l'avait noté : la division du savoir intellectuel est le début de toutes les ruines.

Seul un groupe de techniciens indépendants, de chercheurs avertis ( philosophes, juristes, économistes, politiques, personnels des médias) pourrait nous confirmer l'existence de la réalité sur cette crise et celle-ci est nécessairement plus grise que l'on veut bien nous l'indiquer. Il est donc nécessaire que l'Université au vrai sens du terme retrouve sa nature, celle du savoir "univers-(itaire)- donc universel qui croise les compétences pour faire émerger le vrai...La crise actuelle est donc avant tout une crise du diagnostique et donc du savoir.

Dès lors nous comprenons les raisons pour lesquelles, la crise éco-sociale actuelle se "double" dans notre pays d'une "crise" universitaire. Les deux crises sont étroitement liées entre elles. Elles sont le produit d'une crise de la vérité.

 

 

 

 

 

09:45 Publié dans JUSTICE | Lien permanent | Commentaires (1)

samedi, 28 juin 2008

INJUSTICE


L'injustice survient lorsque les limites sont dépassées.  Il y a plusieurs manières d’opérer un tel dépassement : on peut ignorer les dites limites et penser que l’on peut tout (attitude du despote), on peut transgresser ces limites et penser qu’elles ne sont rien ( attitude de l’escroc); il est également possible de les effacer progressivement en feignant de les respecter ( l’hypocrite et le tenant du « double » langage). Plus subtilement, le dépassement peut s’opérer par le fait de créer de fausses limites pour interdire à celles qui sont véritables d’être vues, d’exister (attitude de l’hyperinterventioniste qui pense qu’il peut tout mais ne sait rien). Enfin, plus « populairement », un individu ou un groupe dépasse les limites lorsqu’il ne sait plus où il va, va au-delà de ce qui peut être accepté, créer des désorientations multiples plutôt qu’il n’aide ses membres et/ou ses voisins à se positionner.
Eduquer consiste notamment dans le fait d’enseigner précisément non seulement le respect de certaines limites mais aussi l’existence de celles-ci. Rechercher - au moins en sciences humaines - consiste(pour moi) a établir les véritables limites, à les mettre au jour.
J’ai toujours considéré que le tragique du dépassement des limites était : d’une part, le sentiment de déchirement à l’intérieur même des individus, une vie hors d’eux-mêmes (une aliénation dirait Marx) et d’autre part, une déliaison à l’intérieur d’une société, honteuse d’elle-même, incapable de rencontrer son semblable, d’entrer en relation avec lui et ainsi devenue faible, pleutre, inutile.
Inutile ? Oui car une société n’a d’avantage que de l’union qu’elle permet de créer entre ses membres, si l’union n’est plus possible, du fait du trop grand étirement des situations, du fait de la « honte » que chacun ressent au fond de lui soit parce qu’il sait bénéficier de privilèges qu’il ne mérite pas, soit parce qu’il est mis au banc sans raison légitime, soit parce que plus personne n’ose parler à personne voyant en l’autre celui qui nous « a pris » une place que nous désirions, à quoi sert cette société ?
Elle devient inutile et les hommes se perdent dans la solitude et s’y rendent malheureux car l’homme n’est pas fait pour la solitude.
Faible ? Une société désunie ne l’est-elle pas ?
Pleutre ? Celui qui est faible à toutes les raisons de ne pas se montrer courageux. Il doit au contraire se faire tout petit mais à force de se faire trop petit c’est la bassesse qui le guette.

01:23 Publié dans JUSTICE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu