Avertir le modérateur

jeudi, 28 août 2014

La coquille de soi

Seul, le sens d'autrui est irrécusable et interdit la réclusion et la rentrée dans la coquille de soi. E.Lévinas.. Autrement qu'être ou au-delà de l'essence. 

vendredi, 22 août 2014

LA CONNAISSANCE

Comment connaître et faire connaitre ? Pas en "gavant" mais en écoutant...Pour comprendre ce que je veux dire, revenons à Freud. Dans «  au-delà du principe de plaisir » Freud fait écrit :

 

25 années de travail intensif ont eu ce résultat que les buts prochains auxquels tend la technique psychanalytique sont aujourd'hui tout autres qu'au début. Tout d'abord, le médecin analyste ne pouvait viser rien d'autre qu'à deviner l'inconscient qui est caché au malade, en rassembler les élements et les communiquer au moment opportun. La psychanalyse était avant tout un art d'interprétation. Comme la tâche thérapeutique n'était pour autant liquidée, on fit aussitôt un pas de plus en se proposant d'obliger le malade à confirmer par se propres souvenirs la construction de l'analyste. Par cet effort, l'accent se trouva déplacé sur les résistances du malade ; tout l'art fut alors de découvrir ces résistances le plus tôt possible, de les montrer au malade et de l'inciter à les abandonner en usant de cette influence qu'un homme peut exercer sur un autre1.

 

 

Gaver c'est obliger l'autre à recevoir notre discours sans avoir au préalable écouté toutes les résistances qui sont en lui et qui lui interdisent de nous écouter. C'est aussi ne pas interpréter préalablement ce qu'il nous dit mais aussi ce que nous lui disons et ainsi surajouter à ce qui déjà nécessité une découverte et un dévoilement.

L'éducation accomplie est en effet celle qui peut permettre à l'autre de se découvrir et de se dévoiler. Elle est ce qui peut lui permettre de faire disparaître ses peurs et ses frayeurs. Le gavage est le contraire de cela. En effet, elle ajoute d'autres peurs aux peurs qui existaient auparavant. En effet, qu'est ce qu'une résistance à un discours ou une action ? Une résistance ce peut être un acte de défiance envers une personne ou une discipline ou une action. Cela peut être aussi une forme d'intuition que quelque chose « n'est pas juste » en soi ou chez la personne qui nous fait face. La résistance ce peut aussi être une envie de calme, de repos ; un sentiment de fatigue de celui qui est en face de nous.

Vouloir à tous prix le gaver, lui transmettre ce que nous savons c'est en quelque sorte prendre le risque de le rendre plus malade encore en le contraignant. Celui qui entend pratiquer une éducation accomplie doit donc faire en sorte de repérer au plus vite ces blocages afin de ne pas opérer du surajout, du plus et venir construire sur ce qui déjà est particulièrement fragile, ce qui tient à peine.

On ne construit pas une maison sur des fondations faibles. Il faut identifier ce qui ne va pas. Il faut écouter ce qui bloque et pourquoi cela bloque et ensuite, lorsqu'une ouverture s'opère, il faut faire en sorte d'aller vers ce qui s'ouvre pour ensuite impulser un peu de vie dans ce qui est mort.

Celui qui gave oublie cette intuition freudienne que Bachelard a si bien analysé et ce notamment dans La formation de l'esprit scientifique en écrivant que

C'est en terme d'obstacles qu'il faut poser le problème de la connaissance scientifique2.

 

Celui qui « gave » veut à tous prix faire en sorte d'ignorer les obstacles. Il veut tout bousculer sur son passage. Il brusque. Il force le passage. Il ne cherche pas les ouvertures et ignore ce qui fait que l'autre n'écoute pas, ce qui le paralyse et qui peut prendre plusieurs formes nous l'avons dit. Ces obstacles sont nombreux. En effet, on ne connaît pas en accumulant, en écoutant. Comme le rappelle fort judicieusement Bachelard :

 

On connaît contre une connaissance antérieure, en détruisant les connaissances mal faîtes, en surmontant ce qui, dans l'esprit même fait obstacle à la spiritualisation3.

 

Comment trouver l'obstacle ? Freud évoque l'interprétation. Bachelard parle d'une question.

 

 

1S. Freud, au-delà du principe de plaisir in Essai de psychanalyse. Trad. A Bourguignon, Payot 2001 p. 63

2G. Bachelard, La formation de l'esprit scientifique, Vrin 1999 p.14

 

3Ibid p. 14

 

jeudi, 12 juin 2014

Les limites de la pensée ethique de Bergson

Bergson a eu le mérite de répondre au pessimisme éthique nietzschéen en montrant qu'il existait deux types d'éthiques et que l'exception n'était pas nécessairement vouée à la solitaire promenade et à l'exil. Cependant, son oeuvre conduit elle même à une impasse car le héros qu'il décrit ne peut conduire qu'au sacrifié souffrant qui tôt ou tard ne peut que faire payer aux autres son sacrifice. L'article publié ci-joint dans la Revue de l'Université de Cluj (Roumanie) grâce à l'excellent travail de Ion Copoeru, propose de des réflexion sur le sujet

Le lien est ci-dessous....Bonne lecture pour ceux que la pensée sur l'éthique et sur Bergson ainsi que sur l'exception intéresse....

http://www.studia.ubbcluj.ro/download/pdf/849.pdf 

mercredi, 11 juin 2014

La liberté selon Y Chahine

Belle leçon de ce qu'est la liberté chez Chahine...Elle est d'abord libération. La chanson reprend ces phrases magnifiques : et si un jour on veut te briser alors tu devras te dresser bien haut tel un palmier qui veut atteindre le ciel...Ne te laisse pas vaincre, ne te laisse pas briser, ne te laisse pas effrayer..

http://www.dailymotion.com/video/xdovqo_alli-soutak-b-o-f-le-destin-youssef_music

jeudi, 08 mai 2014

Ballades et promenades

Philobios rencontra, lors de ses promenades des hommes qui s'étaient enfermés dans leurs sphères. Chacun leur donnait un nom différent : son dogme, son corps, sa paroisse...Il se rendit alors à l'évidence combien, la paralysie était forte et à quel point tout s'était enchysté dans son beau pays. Il se rendit à l'évidence que tout était enfermé dans des bulles et dans des sphères...Chacune se heurte à l'autre persuadée d'être seule au monde... Autrefois on appelait cela l'atomisme. Mais lui pensait que c'était le propre de la mort qui enferme et paralyse les atomes qui ne peuvent ainsi plus se rencontrer...Il poursuivit alors ses promenades ou ses ballades.

Il préférait d'ailleurs le mot "ballades" à celui de promenades car dans le premier, le sentiment d'une musique qu'il fallait suivre, telle une danse transparaissait....

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu