Avertir le modérateur

mercredi, 25 février 2009

L'art et la manière

Pour les Anciens, l'art était assimilé à tout ce qui était "artificiel" et ils opposaient "art" et "nature". Le contraire d'artistique c'était "naturel".

Cette position avait de grandes conséquences. Pour eux, tout ce qui était créé par l'homme était de l'art : la sculpture, la construction de maison, l'art oratoire, la cuisine, l'habillement, la construction des fenêtres, le fait d'être commerçant, etc...On retrouve des traces de cette conception, lorsque l'on traverse ces belles villes d'Europe qui sont restées marquées par le moyen-âge et les débuts de l'âge classique : Prague, Brugge, Le vieux centre de Zurich, Amsterdam...On toruve également quelques traces de cette conception lorsque l'on relit le texte d'Aristote intitulé "Physique".

Les Modernes ont séparé les activités humaines : en activités nobles et celles qui ne le sont pas. Ceci s'explique notamment par l'importance prise par le travail dans nos sociétés et par bien d'autres causes.  Le résultat de cette séparation fut le "romantisme".  Il  a "enfermés les  artistes dans des tours d'ivoire, ceux-ci vivants souvent leur isolement dans la souffrance. Corrélativelment, nous avons pensé la construction de nos villes... et de nos vies ....dans le seul souci de l'efficacité, de la rentabilité, en oubliant qu'il existait aussi un "art de faire la ville", un "art de vie"....La souffrance des "bourgeois" a été le pendant de celle des artistes, l'autre face de celle-ci.

Je fais un rêve et faisons le ensemble ....Des villes qui seraient redevenues belles et agréables à vivre....Des maisons qui ne seraient plus ces maisons "efficaces" mais des maisons belles et intelligentes....Ce rêve, il est vrai, existe aujourd'hui pour quelques privilégiés....Il est vrai, en effet que les villes du Moyen-âge auxquels je pense, étaient des villes privilégiées...Car lorsqu'elles se développérent, elles furent des havres de liberté pour contrer l'influence des seigneurs féodaux. L'air de la ville rend libre avait-on coutune de soutenir. Celui qui parvenait à s'échapper de l'emprise féodale, trouvait ainsi dans la ville le moyen de développer son art en toute liberté.

Le situation que nous connaissons et dans laquelle nous vivons aujourd'hui est également le fruit de la fin de la féoadalité et la conséquence de la massification des villes. Le grand défi que les post-modernes ont ainsi à résoudre est celui de la massification des villes et des modes de vie urbains.

Les modernes ont fait en sorte de résoudre  certaines tensions en pratiquant le "social" et en laissant se développer la féodalité hors des frontières des pays dits "civilisés" mais ils ne se sont pas préservés puisque cette logique a favorisé l'émergence des différents terrorisme, de l'immigration, de toutes ces difficultés que l'on étudie aujourd'hui à travers des voiles pudiques sans avoir les réponses nécessairement adéquates.

C'est l'autre défi que les post-modernes ont également à résoudre et la situation actuelle de l'art contemporain est peut-être le produit de ces multiples tensions. Les ignorer ne résout rien mais l'art qui domine aujourd'hui le monde occidental - et qui est cet art du divertissement donc de l'oubli - a notamment pour fonction de faire oublier ces problèmes bien complexes et de nous éviter de trop y penser...Comme le fait de mettre la philosophie ....Dans une tanière...sauf lorsque le philosophe devient journaliste et alors il est (un peu) "accepté" comme tel mais pas vraiment en tant que philosophe.

 

 

 

 

 

 

23:00 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu